Le sentiment de bien-être est lié à de nombreux paramètres qui varient selon les besoins humains. Il met en relation l’équilibre physiologique, celui psychologique, le sentiment de réalisation de soi, et une douce euphorie liée au plaisir ressenti par la personne et celui qu’elle partage avec son entourage. En médecine et en paramédecine, de nombreuses théories ont été consacrées aux activités pouvant induire ce sentiment. Celle aux avantages séculaires, praticable par tous, est la garden therapy.

Qu’est-ce que la garden therapy ?

Basée sur les principes de l’hortithérapie, la garden therapy est un une méthode de traitement qui utilise les activités du jardin comme base de traitement, source de bien-être, et catharsis pour l’amélioration de la qualité de vie. Elle peut être utilisée à titre médical ou personnel et les bienfaits sont comparables à ceux d’un moment de détente en jacuzzi.

En garden therapy, le jardin doit répondre aux besoins de tous ses utilisateurs. Il doit pouvoir accueillir :

  • des jeunes enfants
  • des personnes handicapées
  • des personnes âgées
  • des personnes désirant se débarrasser d’un quelconque stress professionnel
  • ou tout simplement des amoureux du jardinage

Le bien-être éprouvé peut découler d’un exercice actif ou contemplatif dans le jardin.

Garden therapy : source de bien-être physique

Le jardinage envisagé par la garden therapy est une activité qui assure le bien-être physique de ses pratiquants. En effet, du labourage à la récolte, chacune des étapes implique l’exercice des muscles de l’organisme humain. Qu’il s’agisse de fouiller, de bêcher, de choisir les semis, d’entretenir les plans, ou de cueillir les fleurs, les jardiniers doivent faire l’effort de se baisser, de se relever et de bouger leur corps. Par ailleurs, les activités telles que l’arrosage ou le binage impliquent à la fois l’exercice des muscles des bras, des pieds, de l’abdomen, et ceux usuellement utilisés en cardio. Une séance de jardinage en garden therapy dure au moins une trentaine de minutes. La durée peut être plus longue selon les objectifs désirés pour son jardin ou selon qu’il s’agit d’un jardin individuel ou collectif thérapeutique.

La composition du jardin en garden therapy prend en compte les contraintes liées à la condition physique ou à l’âge. Vous pouvez ainsi créer des strates qui permettront par exemple aux plus jeunes et aux mieux-portants de travailler à même le sol. Les personnes ayant des difficultés à s’abaisser pourront ainsi travailler au niveau d’une strate plus élevée. De plus, il existe un ensemble d’outils de garden therapy, pour éviter les allées et venues. Vous en trouverez de qualité sur https://www.jacklumber.fr/169-binette-bi-cool-0761847119934.html.

Garden therapy pour un bien-être psychique

Le recours à la garden therapy constitue un bon moyen d’assurer le bien-être émotionnel. En effet, le jardinier put au fur et à mesure apprécier l’évolution de son travail. De l’avis de plus d’un, on tire une satisfaction immense à être l’acteur principal du cycle de vie des plantes du jardin. Cette satisfaction est profondément ancrée dans la certitude acquise de la capacité du jardinier à être de nouveau productif. Par ailleurs, la garden therapy constitue un excellent moyen de se remettre d’un choc ou d’une émotion violente. Travailler son jardin demande de la tempérance. On y apprend la patience. Elle invite à revisiter l’importance d’une remise à neuf et à se rendre compte que le monde est en perpétuel mouvement. Enfin, à l’instar des jardins communautaires, la garden therapy permet de renforcer les relations sociales et de remplir le gouffre générationnel.